Prévenir le cancer du sein

Près d’une femme sur dix aura un cancer du sein au cours de sa vie. C’est la tumeur maligne la plus fréquente chez la femme. Une mammographie peut permettre de la diagnostiquer au tout début, avant que les symptômes soient perceptibles. Les chances de guérison sont alors maximales.

Anticiper

Certains facteurs augmentent le risque d’avoir un cancer du sein. Ils doivent entraîner une surveillance rapprochée. Si vous êtes concernée, parlez-en à votre médecin ou à votre gynécologue :

  • l’âge : deux cancers du sein sur trois apparaissent après l’âge de 50 ans ;
  • avoir déjà eu un cancer du sein, de l’ovaire ou de l’utérus ;
  • avoir une mère ou une sœur qui ont eu un cancer du sein, surtout si plusieurs femmes de la famille sont touchées et qu’elles étaient jeunes au moment du diagnostic (moins de 40 ans).

D’autres facteurs pourraient augmenter les risques :

  • une puberté précoce (avant l’âge de 8 ans) et/ou une ménopause tardive (après 55 ans) ;
  • pas de grossesse, ou une première grossesse tardive, notamment après 40 ans ;
  • une consommation excessive de matières grasses, de boissons alcoolisées (supérieure ou égale à 3 verres/jour) et le tabagisme pourraient également augmenter les risques.

Dans tous les cas, vous devez consulter rapidement votre médecin ou votre gynécologue si vous constatez une grosseur au niveau d’un sein ou de l’aisselle, une zone de peau anormale au niveau d’un sein (fossette, durcissement, peau d’orange, rougeur), une anomalie d’un mamelon (rétraction, rougeur, écoulement), ou un changement dans l’aspect d’une aréole (cercle plus foncé qui entoure le mamelon).

Alerter

Plus un cancer du sein est détecté tôt, meilleures sont ses chances de guérison. S’il est diagnostiqué et traité à son début, alors qu’il est petit et ne s’est pas propagé à d’autres organes, il guérit dans au moins 90 % des cas. De plus, son traitement est souvent moins agressif. Trois mesures simples permettent de se donner toutes les chances de détecter un cancer débutant :

  • l’autopalpation des seins : examinez et palpez vos seins tous les mois, après les règles. Consultez au moindre changement constaté ;
  • une visite systématique chez le médecin : rendez-vous chez votre généraliste ou votre gynécologue une fois par an, plus souvent s’il le juge nécessaire ;
  • la mammographie : cette radiographie des seins peut être inconfortable, mais pas douloureuse. Elle permet de détecter les cancers de très petite taille, alors qu’ils ne sont pas encore palpables. Un prélèvement (biopsie) permet ensuite de préciser le diagnostic. Il faut faire une mammographie tous les deux ans à partir de l’âge de 50 ans (lire « Pour en savoir + »).

La mammographie par HarmonieMutuelle

Traiter

  • La chirurgie est la règle. Le chirurgien ne retire généralement que la tumeur et plus rarement tout le sein.
  • La radiothérapie consiste à appliquer à travers la peau (zone du cancer et sa périphérie) des rayons de haute énergie qui détruisent les cellules cancéreuses.
  • La chimiothérapie utilise des médicaments qui détruisent et empêchent la multiplication des cellules cancéreuses.
  • L’hormonothérapie consiste à bloquer l’action d’hormones favorisant le développement des cancers du sein dits « hormona-dépendants ».

En cas de chirurgie où le sein complet est ôté, la reconstruction du sein est le plus souvent réalisée à la fin du traitement.

En fonction du type de cancer, de sa taille et de son extension, le cancérologue choisit le ou les traitements adaptés. Dans tous les cas, un accompagnement psychologique est souhaitable par un psychologue, voire par un psychiatre.

 Sources

– FLASH SANTÉ 20 : « Mieux se protéger du cancer du sein » – Mutualité Française
Chaîne Harmonie Mutuellewww.youtube.com

Laissez un commentaire